jay-1338787

« Il se dégageait de toute sa personne une sorte de force brute, de volonté farouche et d’authentique virilité qui emplissaient la pièce d’une aura presque étrange, tant elle tranchait avec le décor délicieusement féminin de l’ensemble. »

Auteur : Aurélie Depraz

Editions : Autoédition

Résumé :

Londres, 1819

Jay Stenson a tout bâti de ses mains. Né dans la rue, au cœur des quartiers londoniens les plus pauvres, il a su s’élever dans la société à la seule force du poignet et finir à la tête d’un véritable empire industriel.

Pourtant, il est une chose que son argent, jusqu’à présent, n’a pas su acheter : le bonheur de sa sœur, la très jeune Elisa. Prêt à tout pour l’intégrer (malgré elle s’il le faut) aux milieux huppés qu’il fréquente désormais et l’aider à se lancer dans la vie, il décide de faire appel à une jeune aristocrate. La mission de cette dernière : éduquer Elisa et en faire une lady. Une vraie. À son image.

Mais la belle Amanda Keat, elle aussi, a de graves problèmes à résoudre. Quant à ses vues sur le monde, elles sont bien loin de celles de ce roturier de Stenson… dont le franc-parler, les manières abruptes et le manque total de tact l’agacent au plus haut point…

Jay : quand les classes sociales du début du XIXe siècle se rencontrent, se repoussent et s’attirent, au temps de la Première Révolution Industrielle…

Mon Avis :

Chronique du tome 1 : Passions Londoniennes T1 : Alexander

!! ATTENTION AUX SPOILERS !!

Je vous avais parlé du tome 1 dans une chronique il y a peu de temps où nous suivons les pas d’Alexander. Faisant partie d’un trio, ainsi qu’une trilogie nous allons découvrir tour à tour chaque homme de ce trio infernal. Après la découverte d’Alexander et Jade, c’est au tour aujourd’hui de Jay.

Jay a un profil assez intéressant.
Il n’est pas noble, n’a aucun titre, mais sa richesse lui a fait monter les échelons et il côtoie maintenant le beau monde. Il a eu une vie compliquée… Il a vécu dans l’un de pires quartiers de Londres, Whitechapel, où il a dû littéralement se battre pour gagner sa vie et s’en sortir avec sa sœur Elisa. Il a économisé chacun de ses pennies gagnés, et il les as investis de façon intelligente faisant plus que grimper son profit, les mettant maintenant hors du besoin.
Mais si lui a pu s’adapter plus rapidement au grand monde, c’est loin d’être le cas pour sa jeune sœur, allant sur ses 20 ans, elle n’a jamais fait de Saison, elle est très timide et elle ne connaît pas assez les bonnes manières pour sortir… Jay décide alors d’engager une jeune femme pour l’éduquer comme il faut.

C’est alors que nous rencontrons Amanda Keat, marquise d’Ettlesham, fraîchement veuve, elle a perdu son mari Charles après moins d’un an de mariage… Elle se retrouve dans une situation délicate car elle n’hérite d’absolument rien, son mari n’ayant pris aucune disposition à son égard, elle doit pour le moment cohabiter avec le nouveau marquis d’Ettlesham, Richard, qui a le regard qui traîne beaucoup trop sur elle…
Son frère George est parti sans laisser de traces depuis 5 mois. Il a perdu la fortune et le domaine familial en une soirée au jeu, laissant sa sœur dans cette situation compliquée.

Ce roman traite énormément des classes sociales.
On se rend vite compte que sans titre, sans noblesse on est d’office mal vu, ils ne leur laissent aucune chance d’évoluer et de s’intégrer. Surtout que Jay n’a rien d’un noble… son physique le trahit au premier coup d’œil, tant il a un physique imposant par les combats, le dur labeur, on voit ses cicatrices, ses mains sont abîmées, il a le teint foncé,… puis niveau bonnes manières il ne fait aucun effort aussi. Il aime être franc et ne cesse de le répéter, il prend pas mal de liberté,… assez loin du profil type du gentleman tiré à quatre épingles et courtois. Mais loin de tout ca, je pense que sa carrure le rend solide, protecteur, impressionnant.

J’ai adoré ce roman, qui s’est hissé dans mes préférés d’Aurélie.
Le couple mis en place ici est génial ! Quand on dit les contraires s’attirent, on le voit ici. Amanda a tout de la jeune femme gracile, délicate, bien élevée, diaphane… alors que Jay est tout le contraire, habitué au labeur, brut de décoffrage, rentre dedans,… J’ai aimé voir leurs caractères se contrebalancer lors de leurs discussions et tout au long du récit. Amanda s’affirme et prend plus d’initiatives pendant que Jay va un peu se radoucir et va améliorer ses manières (enfin quand il a envie).
Malgré toute l’histoire avec son frère elle a envie de s’en sortir, d’améliorer leurs vies… alors la proposition de Jay tombe à point nommé, elle ne peut pas refuser une telle somme !

J’ai beaucoup aimé la relation Amanda/Elisa.
Elisa a envie d’apprendre, elle apprend super vite, et j’ai trouvé que les informations distillées ici et là sont super intéressantes concernant les mœurs de l’époque et toutes les choses à assimiler sur le beau monde afin de s’y intégrer correctement.
Si Amanda nous apprend un maximum sur la société de son époque, Jay va nous montrer une facette tout à fait différente. Il se tient informé sur toutes les nouvelles inventions, créations scientifiques,… il est fin connaisseur de ce côté là, nous plongeant volontiers dans ce contexte de Révolution Industrielle.

Une chose que j’ai beaucoup apprécié au niveau des détails c’est que les protagonistes se déplacent beaucoup à pied, nous permettant de découvrir les rues de Londres à cette époque, et des quartiers différents de d’habitude avec Whitechapel, les Docks, Charing Cross, le British Museum,… et j’en passe, mais vraiment on s’y croirait !
Si vous cherchez des infos supplémentaires, n’hésitez pas à passer sur le site d’Aurélie qui est chargé de détails !

Avec une belle découverte et un très bon moment avec ce nouveau roman, avec par ailleurs, une couverture magnifique ! J’ai maintenant très hâte d’en découvrir plus sur la vie de ce cher James, réfractaire au mariage qui se retrouve un peu coincé et rebuté devant le bonheur de ses amis… je me demande bien comment tout ceci va se passer !