chicago

Spectacle – Chicago
14 novembre 2018 – 20h
Théâtre Mogador

J’avoue ne jamais avoir vu le film… je vais d’ailleurs essayé de changer ca. Et je ne connaissais que rapidement le plot général ainsi que quelques chansons…  Je suis donc aller voir le spectacle sans apriori, en me disant que Mogador fait des spectacles de qualité donc voyons ca…

Ici, comme dans chacun de leurs spectacles, tout est traduit en français. Le célèbre « All That Jazz » devient « Faut qu’ça jazze« .. On peut être sceptique, mais cela fonctionne très bien ! J’avais pu faire découvrir Mamma Mia à mes grands parents et la traduction permet vraiment d’inclure entièrement les chansons à la trame de l’histoire sans les dénaturer. Ici aussi, pari gagné ! On a envie de chanter.. même si on ne connaît pas les paroles. Le ton est désinvolte, bourré d’humour et on entend la salle rire ici et là.

chicago1

Ce qui est totalement mis en avant ici c’est sa troupe. Sur scène aucun décor, la scène est quasiment totalement occupée par l’orchestre live, entouré d’un cadre doré, car bien sur, le coeur du spectacle c’est le jazz. On ajoutera quelques accessoires, chaises,… mais c’est tout. La musique et les artistes, tout en sobriété. Les musiciens jouent même un rôle à part entière… interactions avec le public, moments dédiés, ils sont entièrement intégrés !
Les chorégraphies sont précises et efficaces, c’est visuellement très réussi, on se régale.

Au niveau de la troupe, les 3 chanteurs qui ont été mis en avant sur les réseaux et communications sont : Carien Keizer (Roxie Hart), Sofia Essaidi (Velma Kelly) et Jean-Luc Guizonne (Billy Flynn).
Carien a été une belle découverte, avec un tel dynanisme que ca en force le respect ! Magnifique, et beaucoup de danses effectuées sur talons, chapeau ! J’ai appris après coup qu’elle avait été meneuse de revue au Lido ce qui est explique beaucoup de choses…
Sofia, sensuelle à souhait, j’ai adoré la revoir ici après Cléopâtre, elle a un tel charisme sur scène. Elle revenait tout juste d’une entorse à la cheville, je l’ai trouvée époustouflante ! Alors que Jean-Luc, qui est ici un Billy coquin, un vrai crooner. Il incarne un très convaincant avocat… on viendrait se faire défendre sans hésiter ! Il m’a par ailleurs bluffé durant le « procès » de Roxie.

chicago2

Le reste de la troupe ne détonne pas non plus. J’ai découvert Sandrine Seubille (Mama Morton) qui en impose tout simplement dans ce rôle de mère matronne. Pierre Samuel (Amos Hart) m’a tout simplement émue. Il a quelques passages comiques mais sa chanson, Monsieur Cellophane, nous fait juste balancer entre le rire et les larmes que s’en est très touchant… Et enfin V. Petersen (Mary Sunshine) qui nous fait juste ouvrir la bouche tant son personnage est bluffant et incarné avec justesse.
L’ensemble des danseurs n’est pas en reste et forme un groupe très soudé. Leur évolution sur scène est rythmée et précise. Quel talent !

Ce spectacle est dément, on passe 2h30 plongés dans le jazz, les années folles, le cabaret, bref… le Chicago des années 20. On nous le dit dès le début, il y a de l’escroquerie, meurtre, violence et on passe des meilleures. Ici, c’est la presse qui fait la loi, et qui saura s’y prendre pour attirer les médias et le regard des gens. Le spectacle captive… on m’a perdu quelques fois après de longs numéros sur scène qui aurait pu être raccourcis.
J’irai volontiers revoir le spectacle après Mars pour y découvrir Fanny Fourquez en Velma !

 

Publicités