the-collection

Série – The Collection
Produite par France 3 / BBC Worldwide / Amazon Studios
Saison 1 terminée

Synopsis : À Paris, en 1947, alors que la France, et le monde, tentent de se reconstruire dans le chaos de l’après-Seconde Guerre mondiale, Paul Sabine, un jeune couturier depuis peu à la tête de sa propre maison de couture, la Maison Sabine, se voit proposer un marché unique pour relancer sa marque et aider à faire renaître la mode à la française, tel un symbole de transformation et de réinvention pour le pays. Mais Paul cache un lourd secret : le vrai génie derrière les croquis, et donc les robes, c’est Claude, son frère cadet, qui a accepté de rester dans l’ombre de son aîné pour pouvoir continuer de vivre à la marge. Cette opportunité immanquable, et le succès qui pourrait en découler pour la nouvelle collection Paul Sabine, vont donc venir remettre en question le pacte familial, et réveiller, chez chacun, les trahisons et les secrets même les plus enfouis…

Nous voilà transportés dans le Paris de 1947. En plein dans le monde de la mode, juste après la Seconde Guerre Mondiale, nous découvrons la maison Sabine et ses secrets.
Ce monde d’après guerre, peu exploité dans les séries TV est d’autant plus intéressant dans ce monde de requins qu’est le monde de la mode, mélangé à toutes les histoires de complots.
Paris se reconstruit. C’est le moment de vendre un peu de rêve aux Français et de relancer la mode en étant astucieux. Hélas les fantômes de la guerre hésitent pas à resurgir… et les rivalités également.

Le casting de cette série est de grande qualité. Richard Coyle et Tom Riley incarnent ici un duo de frères Sabine talentueux et intrigants. C’est sur ce duo, et leur supercherie/rivalité que toute la série repose. En effet, c’est bien Claude qui invente ces tenues pendant que Paul en récolte les lauriers…
On trouve en rôle secondaire, Mamie Gummer (la fille de Meryl Streep) en Mme Sabine, pilier de Paul qui se fait petit à petit évincer ou l’excellente Frances de la Tour, qui campe ici une maman protectrice à l’outrage qui ne manque pas de répondant. Les seconds rôles ont clairement leur importance. Chapeau bas à  Jenna Thiam qui incarne l’étoile montante de la maison Sabine, Nina, plongée dans la tourmente, mais tellement belle. & pour moi Tom Riley qui campe le personnage de Claude, torturé, qui se cherche,… au caractère en demi teinte, qui s’affirme au cours de la saison et va tenter de trouver sa place.the-collection1

Les décors de la série sont très beaux. C’est soigné. On y voit les rues de Paris, les anciens bâtiments, les bords de Seine, Montmartre,.. Le fait qu’ils fassent sortir le rôle du photographe dans les rues nous plonge entièrement dans cette époque. On y voit la réalité de la rue, et toujours, ce clivage de la société. L’énorme contraste entre les gens « normaux » dont la mode indiffère et les riches qui se permettent tout les caprices.
Les costumes sont soignés, et les tenues « créées » par Claude sont juste sublimes. Rien que l’épisode du défilé est un vrai plaisir pour les yeux.

Au niveau de l’histoire, on nous plonge directement dans le bain. Premier épisode; on enterre un cadavre. On sent une courte saison (8 épisodes) remplie de rebondissements, intrigues. Et on a raison. Toute une histoire se met en place autour de cet événement et on saute de surprises en surprises au fil des épisodes. Pas le temps de s’ennuyer. Il y a même ici un côté « Downton Abbey » avec le grand monde d’un côté, et le rôle des petites mains derrière.
On voit le côté public mais aussi le côté privé, qui diffère souvent de l’image de ce que les personnages veulent montrer. C’est ça le plus important au final, l’apparence. L’habit qu’on décide de mettre.

 

Publicités