passions-londoniennes-tome-3-james-1366428

« Elle se rendrait donc à Londres. Elle affronterait James Eastlake. Elle lui demanderait son aide. Humblement. Servilement.
Il refuserait sûrement.
Elle le supplierait. »

Auteur : Aurélie Depraz

Editions : Autoédition

Résumé :

Angleterre, 1821

Aylana est désespérée. La vie de son frère John ne tient plus qu’à un fil, et la seule solution qu’il lui reste est d’en appeler… à la clémence du roi.

Elle. Une roturière. À qui Sa Majesté n’accordera pas même l’ombre d’une audience. Et pour qui Elle ne lèvera pas l’ongle du petit doigt. À moins…

À moins de l’approcher grâce à l’un de Ses plus fidèles compagnons de débauche, qui jouit de Son estime et de Sa plus grande confiance : James Eastlake. James Eastlake, auquel son frère, le duc de Somerset, la recommande avec réticence. James Eastlake, qui traîne derrière lui une réputation exécrable. James Eastlake, qui l’a même offensée il y a plusieurs années. James Eastlake, enfin, qui n’acceptera jamais de l’aider, au vu de l’affront qu’elle lui a elle-même fait subir en retour à l’époque.

James Eastlake… qui reste son seul espoir, malgré tout.

Aylana n’a pas le choix. Elle ira à Londres. Elle trouvera cet homme. Et elle le suppliera d’intercéder en sa faveur. Et ce, quel qu’en soit le prix.

Mon Avis :

Mes chroniques des tomes précédents : Alexander & Jay

!! ATTENTION AUX SPOILERS !!

Je remercie encore vivement Aurélie pour l’envoi de son nouveau bébé.
Ce tome clôture parfaitement la trilogie des Passions Londoniennes que nous a offert Aurélie cette année. On nous a présentés 3 gentlemans et après Alexander et Jay, il me tardait de découvrir l’histoire cachée derrière le grand séducteur qu’est James.
Je pense que dans la trilogie ce roman est mon favori. Pourquoi ? Vous allez le comprendre bien vite !

Ici, nous découvrons un peu plus en profondeur le quotidien et le passé de James Eastlake, troisième membre de notre trio infernal et dernier célibataire. Le jeune homme ne compte pas du tout se marier et enchaîne un nombre très important de conquêtes. Il se sait irrésistible, il plaît, il est séduisant, alors pourquoi ne pas en profiter ? Sa mère ne cesse de vouloir le caser avec les jeunes célibataires titrées, rien n’y fait, et le nom de James ne cesse de faire la une des chroniques…

Un beau jour, la belle et naïve Alyana vient lui quémander son aide. Elle est désespérée, son frère John est condamné à être pendu et elle ne peut se résoudre à le perdre, lui la seule famille qui lui reste. Elle est prête à tout, même à se jeter aux pieds de ce ô combien séduisant jeune homme qui a l’oreille du roi et qui pourrait tout changer.

Alyana est mon héroïne préférée dans les romans d’Aurélie. Elle a grandi à la campagne, mais elle a été éduquée, elle est talentueuse, elle travaille, elle sait tenir son rang même s’il est inférieur à ceux qu’elle va être amenée à côtoyer… elle n’a pas froid aux yeux, elle est déterminée mais un peu naïve mais c’est ce qui fait son charme.
Elle est d’ailleurs cultivée, elle lit et elle est féministe ! Elle défend la cause des femmes comme personne ! C’est vraiment quelque chose qui change dans ce type de roman, et qui la transforme en femme « moderne » comparée à celles de son époque. J’ai beaucoup aimé les passages qui en parlaient, surtout quand elle en discute avec James ou avec les sœurs de celui-ci.

La rencontre de deux contraires comme ceux-ci est assez explosive. Si elle hésite encore à lui répondre au début, elle va vite prendre de l’audace et cela va donner lieu à des échanges vifs et intéressants. Si on peut avoir du mal à trouver leur comptabilité au début, l’alchimie de leurs corps eux ne mentent pas et ils se « parlent » dès le début.

J’ai fortement apprécié le personnage de James. C’est vraiment un très bon mélange entre Alexander et Jay. Le noble mélangé au brut. Le titre mélangé au physique. Mais tout cet attrait à l’art, le fait d’aller visiter des musées, des galeries, d’avoir ajouté ici et là des touches de culture ont vraiment touché une corde sensible dans mon petit coeur et je me serais très bien vue à son bras à l’Opéra…
Le fait de l’avoir rendu proche de George IV est aussi très intéressant car cela nous permet d’intégrer la cour, le palais ainsi que les courtisans.. Il était surtout très connu pour sa folie dépensière et la voir traitée ici est passionnant ainsi que ses déboires avec sa femme Caroline.
De même pour le bal à Brighton j’ai aimé le fait de déplacer l’action de Londres et apporter un peu de lumière au Royal Pavilion, étonnante oeuvre d’architecture, qui se prête très bien à un bal costumé de cet envergure.

Encore une belle histoire que nous offre ici Aurélie. J’avoue que je restais assez perplexe envers la fin de ce roman car les événements ne vont pas vraiment dans leur sens, mais j’ai été surprise et dans le bon sens ! Une trilogie complète et très harmonieuse et ce roman vient la clôturer d’une très belle façon.
Ma préférence nette pour ce couple élève ce roman comme mon préféré ! Un livre qui se dévore rapidement mais qui se savoure quand même… Merci Aurélie de nous faire voyager c’est toujours un plaisir !
Venez vite à la découverte de James et d’Alyana !