une-plume-en-deuil-1399638.jpg

« Je compte sur toi pour devenir ma plume »

Auteur : Ophélie Mesturoux

Editions : Rebelle Editions

Résumé :

À la mort de son écrivain préféré, Mathieu Anato Violette est anéantie. Elle ne lit plus et surtout, elle n’écrit plus. Son imagination est comme bridée. Jusqu’au jour où une voix la guide à nouveau sur le chemin de l’écriture. Cette voix, Violette la reconnait. C’est celle d’Anato. Il lui demande de terminer son œuvre inachevée.

Mon Avis :

Après un long moment sans lectures, c’est avec plaisir que je me suis plongée dans celle-ci. Il faut dire que la couverture attire de suite l’oeil et que le résumé m’a beaucoup intriguée. Tout cet univers autour d’un auteur et de l’écriture est une excellente idée !

Point positif, le roman n’est pas très long et l’action commence rapidement, le temps pour moi de faire un trajet sur Paris et j’en avais déjà lu une bonne partie ! C’était d’ailleurs la première fois que je découvrais la plume de l’auteure et j’ai été ravie… c’est fluide, détaillé sans trop en faire. La structure de l’histoire m’a épatée dans le sens où ici ce n’est pas une seule trame qui est créée mais bien deux. Encore plus de travail pour l’auteure et on voit bien qu’elle maitrise son sujet.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Violette et j’ai aimé suivre son évolution.
Elle a choisi de faire une école pour écrire et exprimer son talent d’écrivain. Malheureusement, l’impensable arrive. Alors qu’elle a tout juste rencontrer son auteur préféré il décède soudainement, laissant sa fameuse trilogie inachevée…
L’histoire nous montre l’envers du décor du métier d’auteur, ses complexités, ses doutes, ses inspirations,… et j’en passe d’une façon réaliste et juste.
J’ai aimé de voir le deuil traité dans cette histoire. Pour Violette déjà avec cette panne d’écriture qu’elle subit. Ce mutisme dans lequel elle se plonge, car bon même si cette personne ne fait pas partie de sa famille cela reste une partie intégrante d’elle-même ainsi qu’un lien avec son soi profond. Cet auteur l’a révélée et l’a amenée à poursuivre ce rêve d’écrire, cette vocation.
Mais on ressent aussi ce deuil différamment chez les autres : nous retrouvons la mère de l’auteur, sa fille, son éditeur,… qui vont tous avoir une façon différente de l’assimiler et de l’affronter.

J’ai beaucoup aimé l’ajout du surnaturel avec bien entendu l’apparition d’Anato aux trois amis. Mais l’auteure fait aussi une belle place à l’amour, qui est présent sans être niais avec Raphaël, et surtout à l’amitié, qui est pour moi une place centrale de ce roman.
Le trio d’amis fonctionne très bien car ils ont tous un rôle à y jouer ainsi qu’un caractère différent. Gabrielle n’est pas fan de l’auteur et voit ca d’un oeil extérieur. Raphaël rencontré à la séance de dédicace comprend Violette et va l’aider à chaque instant. Il la comprend en tant que fan mais aussi en tant qu’artiste car lui dessine. Mais dans les différentes épreuves qui vont à sa rencontre chacun de ses amis vont être essentiels pour l’aider, l’épauler afin de trouver une fin heureuse à tout ceci.
Elle ne cesse de douter. Pourra-t-elle être publiée ? Qui va la croire ? Comment va se finir cette histoire et ce roman ?

Il faudra sans aucun doute lire le roman pour le savoir…
En tout cas, un beau moment de lecture, une belle découverte, que je renouvellerais sans souci pour les romans futurs de l’auteure !